l'oiseau de feu - la fille du facteur
21634
post-template-default,single,single-post,postid-21634,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,boxed,select-theme-ver-3.1,,wpb-js-composer js-comp-ver-4.11.2.1,vc_responsive,elementor-default,elementor-kit-22982

l’oiseau de feu

Quand on parle d’un petit garçon né d’un père russe et d’une mère française, on pense au folklore russe, à Casse-noisette, au Kremlin bien sûr… et à une certaine architecture qui représente Paris. On a tous les mêmes références… mais connaissez-vous la légende de l’oiseau de feu ?

C’est Roman, le papa de ce petit Jules qui me l’a fait découvrir et comme je suis plutôt sympa, je partage l’info… ça fera une anecdote à raconter au rôti du dimanche chez mamie 😉

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………..

Il y a bien lontemps, dans une contrée lointaine de Russie (je place le contexte) vivait un Tsar (on s’y attendait) qui avait un sublime jardin rempli d’arbres fruitiers dont un pommier qui fournissait des pomme d’or (moins commun déjà).

Mais ses fameuses pommes disparaissaient étrangement au matin… alors le Tsar, pas content, ça se comprend, demanda à ses 3 fils de trouver le coupable de cette ignominie.

Seul le cadet rapporta à son père, une plume d’or venant d’un oiseau de feu qui se nourrissait des pommes d’or chaque nuit. En voyant la richesse de cette plume, le Tsar envoya ses 3 fils à la recherche de cet oiseau de feu.

Encore une fois, c’est le cadet, aidé par un certain loup gris (qui a quand même manger son cheval avant qu’ils se prennent d’amitié) qui retrouva l’oiseau chez un Tsar voisin. Ce dernier voulu bien lui céder son précieux contre le cheval en or du Tsar encore voisin, qui, lui-même, accepta d’échanger son cheval contre la ravissante fille du Tsar d’à côté… (ça suit toujours ? parce que c’est là que ça se complique ! Dès qu’on amène une fille dans l’histoire évidement )

Le cadet, forcement, tomba sous le charme de la belle Hélène (elles s’appellent toujours Hélène les belles dans les histoires) qui le lui rendit bien.

Donc tout le monde est content… (surtout le cadet !!) mais avec un cheval d’or et un oiseau de feu le bonheur serait encore mieux !! Alors le cadet ne se démonta pas et c’est ce brave loup gris (faut pas l’oublier celui-là, il est important dans l’histoire) qui se fit passer pour la belle Hélène auprès du Tsar qui voulait l’épousailler et ce même loup (il est très fort et un peu schiso) se transforma aussi en cheval d’or pour duper l’autre Tsar… avec tout ça, notre Cadet et sa belle Hélène avaient tranquillement le temps de reprendre le chemin de la maison.

Seulement c’était trop beau : une femme, une monture en or, un oiseau de feu et la reconnaissance d’un père ça fait beaucoup à encaisser pour les deux frangins revenant bredouilles… Pris de jalousie, ils coupèrent la tête du cadet et forcèrent Hélène à épouser l’un d’entre eux pendant que l’autre gardait le cheval d’or (c’est vraiment équitable ça ?) laissant ainsi jiser au sol le cadet, mort !

(Attention stupéfaction 🙂 

Qui arriva encore une fois à l’aide de notre chanceux cadet ? Le loup gris !!

Le loup ordonna à un petit oiseau, qui passait par là, de lui ramener de l’eau morte et de l’eau vive. Avec ces eaux magiques il recolla la tête du cadet (oui, oui !!) qui reprit vie pour aller tout balancer à son père et récupérer ses biens… et tout finit bien pour le cadet… plus personne ne parle du loup mais l’oiseau de feu reste le symbole de la chance, de la prospérité et du bonheur pour tous les nouveaux bébés russes !

Morale et conclusion de cette petite (longue) histoire : toujours se faire ami avec un loup lorsqu’on part à la chasse à l’or !!

>> Pour en savoir plus sur ce faire-part c’est >>ICI

EnregistrerEnregistrer

Aucun commentaire

Exprimez-vous !